Vincent Pic

Vincent Pic

6 février 1979
Enseignant primaire à Saignelégier

 

Premier portrait de l'année, en compagnie d'un membre du FC Courtételle que l'on ne voit jamais évoluer au Centre Sportif car c'est à un des 3 arbitres actifs du club que nous nous sommes intéressés : Vincent Pic. Cet instituteur de 30 ans distille son savoir à l'école primaire de Saignelégier, village dans lequel il réside. Nous avons donc à faire à un vrai Taignon (et pourtant il n'a pas les cheveux longs).

Cela fait maintenant 10 saisons que Vincent officie sur les talus jurassiens et de la Suisse entière (parfois jusqu'au Tessin), à la touche en 2e ligue interrégionale et en tant que principal en 2e ligue régionale. Auparavant, "l'Homme-noir" a débuté sa carrière en arbitrant les juniors E et D du FC Courtételle mais au départ ce n'était pas vraiment par vocation : "La réelle motivation, je dois dire honnêtement, c’était le fait de pouvoir gagner un peu d’argent de poche. Puis, finalement, au fil des années, j’ai pris goût à la fonction. Après 6 ans de pratique en juniors D et E, on m’a proposé de faire le cours pour devenir arbitre ASF". Ceci l'aura mené à son premier match d'actif à Coeuve, un match de 5e ligue : "Cela s’est très bien passé hormis le fait que les passeports m’aient été remis 5 minutes avant le match…". Quel caractère, car débuter par un match sur un tel champ de patates, il faut avoir du courage.

Si "Vince" a effectué le grand saut entre juniors et actifs il le doit notamment au soutient inconditionnel de Jean-Louis Schaller qui l'a accompagné durant de nombreuse années pour lui distiller son savoir et ses conseils d'ancien arbitre. "En effet, Jean-Louis a été d’une aide essentielle puisqu’il me conduisait et m’accompagnait tout en me conseillant lors de toutes mes premières rencontres. Après un certain temps de réflexion et surtout grâce aux promesses d’appui de Jean-Louis, j’ai décidé de faire le grand saut en actifs." Jean-Louis Schaller s'occupe dorénavant du nouveau talent du corps arbitral de Courtételle Jérémy Bernasconi.

"Le sentiment du devoir accompli avec notamment des joueurs ainsi que des spectateurs ravis de ma prestation. Cela arrive encore heureusement." C'est selon les dire de Vincent ce qui lui apporte la plus grande satisfaction dans sa passion. Au contraire, il se souvient d'un match qui restera comme un de ces pires souvenirs : "Ma rencontre la plus désagréable s’est passée dans la banlieue bernoise où nous avons dû être escortés jusqu’aux vestiaires par les dirigeants du club local."

Au sujet du mépris grandissant envers les arbitres qui semble malheureusement se constater d'année en année, Vincent Pic a un avis clair sur le sujet : "Je dirais que l’homme en noir a toujours été critiqué et que ce n’est pas nouveau ! Par contre, je trouve de manière générale que la violence physique intervient de plus en plus sur mais surtout en dehors des terrains. Moi-même, je n’ai jamais été victime de tels actes, mais les menaces verbales faites à mon encontre et à certaines reprises amène quand même un sentiment de crainte, d’appréhension. Suite à de telles situations, je me demande souvent où se situent la limite entre les paroles et les actes." Le terrain reflète la société actuelle, et les arbitres en sont généralement la première cible. Nous avons également demandé à Vincent quel était les joueurs les plus difficile à arbitres dans la région : " je n’ai pas de joueur en particulier en tête mais plutôt un groupe de joueurs. Il m’arrive souvent d’avoir quelques remarques assez virulentes à faire aux joueurs qui ont évolués en ligues supérieures et qui sont actuellement en ligues régionales."

Mais qu'est-ce que dirait notre invité à un jeune qui hésite à se lancer dans l'arbitrage ? "Il faut savoir que tout n’est évidemment pas facile tous les jours. Certains moments nous poussent à arrêter ou inversement à continuer. Ce qui est certain, c’est que c’est une excellente école de la vie car on y apprend tolérance, respect, maîtrise de soi et j’en passe. C’est une bonne manière de se construire pour être encore plus fort dans le quotidien.". Après avoir conseillé la relève, Vincent déclare qu'il n'a plus grande ambition pour les années à venir si ce n'est de prendre du plaisir et terminer gentiment sa carrière.

Un débat fait rage ces dernier temps, la vidéo. Comment ne pas aborder le sujet avec notre hôte? "L’arbitrage vidéo? Oui éventuellement sur des décisions douteuses qui peuvent faire balancer le score à l'image de ce cher Thierry Henry.". Et que pense-t-il de l'expérience à 5 arbitres menée en Europa League cette saison ? "L’arbitrage à cinq, non ! Si on veut vraiment un arbitrage plus pointu, il faudrait que chaque joueur soit suivi par un arbitre. Je pense que le problème n’est pas l’arbitrage mais plutôt « l’éducation » des joueurs, notamment des professionnels qui jouent un rôle essentiel, surtout envers la jeunesse."  Cela a au moins le mérite d'être clair.

Nous remercions Vincent Pic de nous avoir accordé un peu de son temps entre deux dictées à corriger et lui souhaitons une bonne continuation dans sa passion. Et comme le dit si bien le slogan : "On n'a pas l'même maillot, mais on à la même passion" et l'arbitre restera toujours un acteur irremplaçable pour qu'une partie de foot ait lieu…


Mais encore...

Parcours de joueur Juniors et Actifs au FCC (2e équipe)
Club favori FC Barcelone
Arbitre modèle Peter Fröjdfeldt (Suède)
Hobbys Volley, lecture, hockey