FC Bévilard-Malleray – FC Courtételle II 6-1 (1-1)

Stade Communal, 100 spectateurs

Buts : 14e Hervé Jolidon 0-1, 35e A. Affolter 1-1, 55e/59e F. Muccigrosso 2-1/3-1, 65e B. Schaller 4-1, 79e L. Zwahlen 5-1, 92e B. Schaller 6-1

Notes : 4 avertissements contre Bévilard, aucun pour Courtételle.

 

Une rouste pour la Deux

Après un début de championnat prometteur face à Court (victoire 2-1), Courtételle n’a pas pu enchaîner face à l’un des favoris du groupe. Et pourtant tout avait bien commencé pour les Verts puisqu’au quart d’heure de jeu, Hervé Jolidon trouva la faille sur un coup-franc direct imparable. S’en est suivi une bataille au milieu de terrain sans réelles chances de buts pour les deux équipes. Une bataille qui verra François Steulet (cuisse) et Bastien Guélat (adducteur) céder leur place sur blessures. Lorsque Pablo Carnal manqua de précision pour le 0-2 on se dit que Courtételle était bien dans son match et avait de quoi rêver à remporter les 3 points. Mais sur le contre, Bévilard égalisa d’une lourde frappe des 25 mètres légèrement déviée. Score de parité logique à l’heure du thé.

Tout s’écroule

Conscients que le coup était possible, les visiteurs seront à leur affaire jusqu’à la 55e minute et ce but de Muccigrosso qui offrait l’avantage à ses couleurs. Le regret des Verts ? Sur l’action précédente, Pablo Carnal et Robin Dolce combinaient parfaitement, mais ce dernier manqua son face à face avec le rempart bernois. En quelques minutes, ce fut un déferlement du FCBM sur les buts vadais, chaque errements défensifs se paieront cash face à une attaque aussi redoutable. Le score prendra des allures de correction jusqu’à l’ultime réussite de Schaller sur une nouvelle frappe déviée (au total 4 des 6 buts adverses seront déviées par un Vert). Courtételle aurait pu à plusieurs reprises donner une allure plus correcte au tableau d’affichage, mais les attaquants se montrèrent trop maladroits dans le dernier geste.

Une défaite logique mais certainement trop sévère pour un FC Courtételle qui n’aura pas su se montrer cohérent sur les deux mi-temps. 10 jours de repos avant la réception de Diaspora le dimanche 4 septembre.